Pour les motards

Le plus important pour les motards sont les routes: Madagascar en possède presque 50.000 km, ce qui permet de mieux cerner la taille de cette île (plutôt cette île continent). Environ 5.000 km sont goudronnées et donc utilisable toute l’année. Sur la carte IGN de Madagascar, elles sont dessinées en rouge. La bonne nouvelle pour les motards est que ces routes sont souvent en bon état, quelques unes sont en mauvais état et la plupart très riches en virages. Le plus charmant est de quitter les routes principales et de faire un détour dans les villages. Mis à part Tana, il y a peu de circulation, mais il faut néanmoins faire attention aux Taxi-Brousse, aux Taxi-Be, aux camions, aux camions-citernes, aux bus, aux chariots à zébus, aux poules, aux canards, aux dindes, aux troupeaux de boeufs et de chèvres, et bien sûr aussi aux êtres humains et aux nids-de-poules. Les paysages sont très variés: une verdure fertile et tropicale sur la côte est, des forêts denses et non entièrement explorées sur les collines de l´est, les montagnes des Mérinas, le sud et le sud ouest très secs, des plages pour se baigner et plonger. Le voyageur devrait aussi en profiter pour observer le monde animal et végétal. Les habitants de l’île sont calmes et discrets et ont de l’humour. En tant que voyageur, on est sûr d’être toujours bien accueilli.

Le nord est accessible, mais il y a encore un mauvais trajet de 30 km.

Il y a une documentation en allemand sur les états des routes crée par un agence swiss qui n'est plus mis à jours.

Les visiteurs trouveront dans toutes les villes touristiques des endroits pour passer la nuit avec suffisament de comfort, des chambres doubles (env. 8 -20 € la chambre), ainsi que de l’eau chaude et de l’électricité et des restaurants (diner 2,5 - 8 € par personne).

La langue courante à Madagascar est le malgache, la première langue et la plus répandue est le français.

Madagascar est un des pays les plus pauvres au monde. Aux yeux des Malgaches, tous les Européens sont énormément riches. Celui qui décide de visiter Madagascar devra tenir compte de ce décalage et se comporter en conséquence. Celui qui ne supporte pas la vue de la misère ne devrait pas entamer ce voyage. Malgré tout, vivre un tel voyage sur Madagascar peut contribuer à un enrichissement du vécu personnel.